Menu

L’infection urinaire, les symptômes et les traitements

avril 20, 2020 - Santé
L’infection urinaire, les symptômes et les traitements

Toutes les femmes connaissent un jour ce genre d’infection. Si elle touche aussi les hommes, l’infection urinaire est tout de même plus présente chez les femmes pour des raisons anatomiques. En France plus de deux millions de femmes sont chaque année victimes de cette infection récidivante. Les bactéries qui viennent de l’extérieur ont un trajet plus court à parcourir chez la femme que chez l’homme. N’hésitez pas à vous renseigner sur cette infection urinaire très désagréable.

Comment les éviter ? 

C’est la plupart du temps une infection banale et dans la grande majorité sans aucune gravité. Elle est généralement due à une auto-contamination de germes d’origine digestive, soit transportés depuis l’anus jusqu’au méat urinaire. Ils peuvent remonter ensuite le circuit de l’urine et envahir la vessie et l’urètre. Il peut arriver que l’infection urinaire atteigne les reins, il s’agit alors d’une pyélonéphrite. Les symptômes sont variables, mais le plus souvent les patientes se plaignent de brûlures, d’envie d’uriner fréquemment, de douleurs dans la vessie. 

Comment traiter une infection urinaire ? 

Il est de courte durée pour la femme adulte et se fait généralement par la prise unique d’antibiotique. Le médecin conseillera aussi de boire beaucoup et d’aller uriner souvent. Les symptômes vont disparaître rapidement. Des antalgiques et des anti-spasmodiques peuvent être prescrits. De nombreuses circonstances favorisent les infections urinaires, un excès d’hygiène vaginale, les rapports sexuels. Les femmes ménopausées dont la flore vaginale est modifiée sont plus sensibles aux infections urinaires. Pour traiter ce genre de pathologie, il est vivement recommandé d’agir dès les premiers symptômes afin d’érailler l’infection urinaire dans les plus brefs délais. La phytothérapie donne de très bons résultats pour traiter les infections urinaires. En cas de cystites, on peut avoir recours à des plantes comme la canneberge, la bruyère et la busserole. Les infections restent fréquentes chez la femme, mais elles sont très rarement graves.