Menu

L’absentéisme prolongé au travail peut entraîner une contre-visite médicale

mars 2, 2017 - Santé
L’absentéisme prolongé au travail peut entraîner une contre-visite médicale

Certains salariés peuvent manquer de nombreux jours à cause de véritables symptômes ou d’une maladie imaginaire. Les entreprises doivent absolument obtenir des réponses concernant cet état de fait, d’où l’intérêt de demander au plus vite une contre-visite.

L’arrêt maladie est généralement très problématique pour tous les salariés

Contrairement aux idées reçues, l’absentéisme au travail entraîne des difficultés pour les sociétés surtout lorsque les arrêts sont validés pour de nombreux jours. Dans certains cas de figure, elles sont contraintes de s’organiser pour que les tâches soient effectuées dans les temps. Les retards sont généralement très coûteux alors que des indemnités sont versées aux salariés. De ce fait, une contre-visite médicale peut être effectuée au domicile de ce dernier afin de vérifier la véracité de cette situation. Le professionnel de la santé mandaté est envoyé par la structure qui doit respecter certains créneaux. En effet, il est par exemple impossible de déclencher une telle procédure après 16 heures.

Un CDD pourra être nécessaire surtout si l’absentéisme au travail est justifié

Des horaires sont généralement fixés dans l’arrêt de travail transmis aux employés. Si le médecin remarque que les symptômes sont réels et nécessitent une telle absence afin de préserver la santé, aucune suite n’est donnée. L’entreprise envisage ensuite quelques options en fonction des résultats, car le travail qui ne sera pas fait pendant plusieurs semaines par le salarié devra être pris en charge par une autre équipe ou un CDD embauché pour l’occasion. A contrario, il n’est pas rare de constater des maladies imaginaires avec bien sûr des symptômes qui ne nécessitent pas un tel arrêt de travail. De ce fait, des sanctions sont tout à fait possibles, elles peuvent prendre une tournure particulièrement grave comme un licenciement.

Le délai accordé pour l’arrêt de travail est différent en fonction des symptômes

Il est important de préciser qu’il n’existe pas un arrêt universel puisque chacune des maladies nécessite une auscultation spécifique. Par exemple pour un lumbago qui est accompagné par une sciatique, il faudra généralement prévoir du repos. C’est le seul remède qui permet de guérir rapidement. En fonction de la situation, près de 3 mois peuvent être accordés surtout si les symptômes deviennent chroniques. A contrario, pour une grippe ou une gastro-entérite, quelques jours seront amplement suffisants. Les délais proposés dépendent donc du contexte, mais certains médecins peuvent avoir la main en lourde.